7 oct. 2013

L’E-Démocratie



L’E-Démocratie correspond à l’utilisation des moyens technologiques notamment internet dans les processus de vote classiques.
Quel est le contexte historique et l’avenir de l’E-Démocratie ? Quels impacts et/ou valeur ajoutée peut-elle apporter ? Quelles sont les mécanismes et infrastructures indispensables pour la réaliser et mesurer son utilité ?


Selon Wikipedia, le terme de la E-démocratie est apparue dans le milieu des années 1990, toutefois c’est Theodore Lewis Becker auteur de The Future of Teledemocracy qui a créé le terme Téledémocratie en 1981 (1). Durant l’interview qui l’a eu en 1984 avec Robert Gilman, M Becker inclue dans la Téledomocratie toute forme de télécommunication en générale : la télé, le téléphone, ordinateurs, radios, … (2).

«L’E-démocratiser », consiste à rendre les procédures et mécanismes classiques de vote et référendums plus souples et plus efficaces ! Ceci passe par une virtualisation de la démocratie en faveur de la démocratie directe, cette dernière se définie comme le régime politique dans lequel les citoyens exercent directement le pouvoir sans l’intermédiaire de représentants.
L’impact d’une telle approche et application de la démocratie est très positif :
    • Gain de temps;
    • Transparence et traçabilité;
    • Flexibilité et souplesse;
    • Compétitivité approuvée;
    • Crédibilité et certification des résultats;
  • ... 
L’E-démocratie vas aussi encourager les jeunes à participer activement à la prise de décision, interagir en communauté, enrichir les débats et donner leur avis sur comment ils voient leurs avenirs, l’E-démocratie c’est aussi plus de sécurité, de liberté, d’anonymat et d’ouverture sur tous les composants d’une nation !
M Becker l’a bien dit : tous les moyens de télécommunications sont concernés ! Mettre l’accent sur internet ne vas pas à l’encontre, mais plus tôt c’est un des canaux les plus puissants aujourd’hui :

L’internet a révolutionné le monde, changeant ainsi nos habitudes de tous les jours, le socialhttps://twitter.com/Maroc_eGov est plus passé au virtuel, beaucoup de services administratifs principalement dans les pays industrialisés sont devenus complétement opérationnels via internet, au Maroc la situation laisse encore à désirer bien que les initiatives ne manquent pas : Stratégie Maroc Numérique 2013 ou le service watiqa.ma qui serve actuellement quelques régions du royaume et il est encours de généralisation sur l’ensemble des régions et villes. 


Internet est donc indissociable d’une telle approche de la démocratie, pour les jeunes et les générations juniors de nos jours, il s’agit d’allier l’agréable à l’utile, mais ce n’est pas forcément le cas de la génération de nos parents et grands-parents ! Il faut donc les initier aux TIC, plus encore il faut mettre le focus sur la scolarisation, car de nos jours et malheureusement encore l'école est un basique qui n'est pas accessible à tous les enfants; Qui dit scolarisation dit aussi lutte contre l’analphabétisme, le Maroc d’ailleurs marque des points sur ce volet (3).
Parmi les contraintes de la Téledémocratie, il faut citer l’identification des citoyens et la confiance qu’ils accordent aux NTIC.

Dans un monde dynamique caractérisé par le changement perpétuel et rapide, la e-démocratie
s’imposera par nécessité et retrouvera sa place, en effet l’accès à l’information est à la portée de tous, sa discussion et son débat est devenu plus communautaire sur les réseaux sociaux, il convient donc de s’y préparer et de leader ce changement : concevoir les plans et les budgets, les appliquer, contrôler/mesurer et les rectifier afin de prendre de l’avance sur ce terrain stratégique.


Sources

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow @OneAbdellah