27 oct. 2013

Le(s) bon(s) côté(s) de la crise!

Cette crise économique a fait couler beaucoup d'encre: à l'analyser, la comprendre, la stimuler dans des modèles d’économétrie tentant de maîtriser ses mécanismes, peut être dans le noble but d'éviter sa reproduction dans le futur.

Considérant l'exemple du verts moitié vide et moitié pleine, la question que je me pose est combien d'articles avez vous vu ou lu traitant du bon, ou des bons côtés de la crise? Vous pouvez mettre votre réponse en commentant cet article avec le lien si vous le souhaitiez.

En matière de gestion, on considère que chaque événement doit être considéré sous ses différents côtés afin de mieux le gérer, bien gérer veux dire en résumé: tirer profit des avantages dont vous disposez afin de surpasser les contraintes que vous affrontez.

Personnellement, je n'ai vu aucun article osant traiter du côté positif de la crise, peut qu'écrire dans ce sens peux sembler d'une folie extrême au moment où des entreprises remettent les clés, beaucoup de monde rejoins les bancs du chômage et le morale de monsieur tout le monde ne peut être pire que ça ...

Hier matin, en feuilletant un article traitant de quelques astuces pour surfer sur la crise, mon attention est
attirée par l'astuce 31 (recruter en interne): l'idée donc consiste à développer l'employabilité à travers l'élargissement du champs d'action/responsabilité de vos collaborateurs. Par l'exemple on peux imaginer l'informaticien qui s'occupe aussi de la logistique ou la comptabilité, le responsable des ressources humaines se donnant aux tableaux de bords drivant la production: ceci est synonyme de plus de travail, de stress et de responsabilité.

Le bon côté à voir est cette montée en compétence des collaborateurs évidement due à l’acquisition de nouvelles compétences, ils gagnent en polyvalence, ceci nourrit l'esprit de entrepreneuriat et du challenge, tout en capitalisant sur la même expérience. Ceci les valorise sur le marché du travail et par conséquence valorise l'entreprise aussi comme étant un great place to work.

Qu'en pensez vous? 





13 oct. 2013

Solution complète des solutions complètes

   Dans un monde marqué par la crise, le pouvoir d'achat et capacité d’investissement qui baissent
continuellement, l'entreprise est amenée plus que jamais à repenser son offre, en contenu, en marketing, en coûts de fabrication, réduire la masse salariale, faire monter les ressources humaines en compétences etc...

Certains professionnels, optent pour la fortification de leur marché existant avant de se donner à développer de nouveaux marchés, je trouve que c'est intéressant, ceci ne vas pas à l'encontre du développement de nouvelles part de marché, car de toutes façon c'est une nécessité, lorsque vous ne le faites pas, les autres le font. Seulement que je trouve très pertinent voir noble de portée plus d'intérêt à son marché existant, valoriser ses clients habituels en les fidélisant, en proposant plus de produits, de services qui sont pertinents pour eux et qui font du sens. À partir de ce moment on parle de solution!

Une solution complète, c'est une offre qui vas penser à votre besoin ponctuel d'aujourd'hui, mais qui
vas aussi considérer le contexte de votre besoin ou problématique, c'est donc une approche qui est plus orientée connaissance client, ses besoins oui, mais aussi ses intentions et projets à venir.
Proposer une solution complète passe avant tout par une montée en compétences des ressources humaines, par leur motivation et donc d'une optimisation en investissements de formation, acquisitions (en amont et/ou aval) afin de compléter l'offre produits/services ou juste une meilleur maîtrise des coûts et donc plus de marges ou juste de compétitivité.

L'être humain a toujours agit sous la contrainte, historiquement c'est lors des guerres mondiales que l'humanité a gênée plus d'inventions, en période de crise économique (qui est aussi une contrainte vitale), les professionnels innovent en pensant à fortifier leurs ventes, autrement dis (vendre plus en augmentant la valeur du panier moyens), l'approche commerciale des entreprises est donc passée d'une approche produit, à une approche solution, voir solution complète. Est-ce que la solution complète qu'une entreprise vente aujourd'hui est vraiment la solution complète?

C'est question est motivée par le fait comme déjà dis que l'humanité agit et innove sous l'effet de la contrainte
(guerre, économie, manques de ressources etc. ...), et puis qu'on ne peut prédire toutes les contraintes que l'on peut rencontrer dans le futur, on ne peut que considérer les solutions complètes d'aujourd'hui comme des solutions complètes pour aujourd'hui, et pour aujourd'hui seulement.

A mon sens, la solution complète des solutions complètes et la solution qui vas considérer les besoins d'aujourd'hui, mais aussi les besoins du futurs, qui vas sur tout considérer la contrainte écologique, la santé plantaire, l'impact sur l'environnement dans les 20 voire 50 ou 100 ans à venir.

On ne peux se limiter à une vision qui considère notre actuel, et qui ignore le futur des générations à venir, le futur de nos enfants et des enfants de nos enfants! Qu'en pensez-vous?

7 oct. 2013

L’E-Démocratie



L’E-Démocratie correspond à l’utilisation des moyens technologiques notamment internet dans les processus de vote classiques.
Quel est le contexte historique et l’avenir de l’E-Démocratie ? Quels impacts et/ou valeur ajoutée peut-elle apporter ? Quelles sont les mécanismes et infrastructures indispensables pour la réaliser et mesurer son utilité ?


Selon Wikipedia, le terme de la E-démocratie est apparue dans le milieu des années 1990, toutefois c’est Theodore Lewis Becker auteur de The Future of Teledemocracy qui a créé le terme Téledémocratie en 1981 (1). Durant l’interview qui l’a eu en 1984 avec Robert Gilman, M Becker inclue dans la Téledomocratie toute forme de télécommunication en générale : la télé, le téléphone, ordinateurs, radios, … (2).

«L’E-démocratiser », consiste à rendre les procédures et mécanismes classiques de vote et référendums plus souples et plus efficaces ! Ceci passe par une virtualisation de la démocratie en faveur de la démocratie directe, cette dernière se définie comme le régime politique dans lequel les citoyens exercent directement le pouvoir sans l’intermédiaire de représentants.
L’impact d’une telle approche et application de la démocratie est très positif :
    • Gain de temps;
    • Transparence et traçabilité;
    • Flexibilité et souplesse;
    • Compétitivité approuvée;
    • Crédibilité et certification des résultats;
  • ... 
L’E-démocratie vas aussi encourager les jeunes à participer activement à la prise de décision, interagir en communauté, enrichir les débats et donner leur avis sur comment ils voient leurs avenirs, l’E-démocratie c’est aussi plus de sécurité, de liberté, d’anonymat et d’ouverture sur tous les composants d’une nation !
M Becker l’a bien dit : tous les moyens de télécommunications sont concernés ! Mettre l’accent sur internet ne vas pas à l’encontre, mais plus tôt c’est un des canaux les plus puissants aujourd’hui :

L’internet a révolutionné le monde, changeant ainsi nos habitudes de tous les jours, le socialhttps://twitter.com/Maroc_eGov est plus passé au virtuel, beaucoup de services administratifs principalement dans les pays industrialisés sont devenus complétement opérationnels via internet, au Maroc la situation laisse encore à désirer bien que les initiatives ne manquent pas : Stratégie Maroc Numérique 2013 ou le service watiqa.ma qui serve actuellement quelques régions du royaume et il est encours de généralisation sur l’ensemble des régions et villes. 


Internet est donc indissociable d’une telle approche de la démocratie, pour les jeunes et les générations juniors de nos jours, il s’agit d’allier l’agréable à l’utile, mais ce n’est pas forcément le cas de la génération de nos parents et grands-parents ! Il faut donc les initier aux TIC, plus encore il faut mettre le focus sur la scolarisation, car de nos jours et malheureusement encore l'école est un basique qui n'est pas accessible à tous les enfants; Qui dit scolarisation dit aussi lutte contre l’analphabétisme, le Maroc d’ailleurs marque des points sur ce volet (3).
Parmi les contraintes de la Téledémocratie, il faut citer l’identification des citoyens et la confiance qu’ils accordent aux NTIC.

Dans un monde dynamique caractérisé par le changement perpétuel et rapide, la e-démocratie
s’imposera par nécessité et retrouvera sa place, en effet l’accès à l’information est à la portée de tous, sa discussion et son débat est devenu plus communautaire sur les réseaux sociaux, il convient donc de s’y préparer et de leader ce changement : concevoir les plans et les budgets, les appliquer, contrôler/mesurer et les rectifier afin de prendre de l’avance sur ce terrain stratégique.


Sources

Follow @OneAbdellah